Texte à méditer :  
Ὁ βίος βραχὺς, ἡ δὲ τέχνη μακρὴ, ὁ δὲ καιρὸς ὀξὺς, ἡ δὲ πεῖρα σφαλερὴ, ἡ δὲ κρίσις χαλεπή
La vie est courte, l'art est long, l'occasion fugitive, l'empirisme dangereux et le raisonnement difficile
  
Hippocrate (1er aphorisme)
Les 3 missions
Le coin des internes
Le coin des enseignants
Réseau Inter-Réa Est
ABCD'Echo

colorlogo1copiefinal.jpg

En lien avec le DIU des Techniques Ultra-Sonores en Anesthésie et Réanimation (DIUTUSAR):  le site d'échocardiographie du service

Soutenir notre service
En faisant un don à l'Association Niçoise de Réanimation Médicale (ANRM) vous lui permettrez de continuer à soutenir les actions d'enseignement et de recherche indispensables à l'amélioration continue de la prise en charge de nos patients
Visites

 221584 visiteurs

 8 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Fils RSS - INVS - épidémio

Points épidémiologiques


Surveillance sanitaire en Bretagne. Point épidémiologique au 16 mai 2018.  Voir?

(22/05/2018 @ 17:23)

Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 17 mai 2018.  Voir?

A la Une - Surveillance renforcée du chikungunya, de la dengue et du virus Zika en France métropolitaine du 1er mai au 30 novembre

En 2018, le moustique Aedes albopictus (« moustique tigre»), vecteur des virus du chikungunya, de la dengue et des infections à virus Zika est implanté dans 42 départements métropolitains dont la Saône-et-Loire (Figure). Dans ces départements, l’activité hématophage du moustique femelle, prépondérante de mai à novembre, rend possible une transmission autochtone à partir de personnes infectées au préalable lors de séjours dans des zones de circulation de ces maladies.
En France métropolitaine, la surveillance habituelle au cours de l’année du chikungunya, de la dengue et de l’infection à virus Zika repose sur la déclaration obligatoire (DO) des cas biologiquement confirmés.
Pour réduire au maximum le risque de transmission sur le territoire métropolitain, du 1er mai au 30 novembre, dans les départements où Aedes albopictus est implanté, la surveillance par la DO est dite « renforcée » avec le signalement de cas importés dès la suspicion clinique (cas suspects). Ce signalement immédiat, sans attendre la confirmation biologique, permet d’enclencher des mesures de prévention ou de lutte anti-vectorielle autour des cas.
Comment signaler en Bourgogne Franche-Comté?
Les médecins cliniciens et les laboratoires de biologie médicale de Saône-et-Loire doivent signaler dès leur suspicion tout cas éventuel de chikungunya, de dengue et d’infection à virus Zika à l’aide de la fiche de signalement. Cette fiche de signalement est à envoyer au point focal régional de l’Agence régionale de santé (ARS) - par mail à ars-bfc-alerte@ars.sante.fr ou par fax au 03 81 65 58 65.
Pour les 7 autres départements de la région Bourgogne-Franche-Comté, la surveillance reste habituelle et repose sur la déclaration obligatoire des cas biologiquement confirmés. Les diagnostics biologiquement confirmés de ces 3 virus sont à signaler à l’aide du formulaire de DO et à envoyer par mail à ars-bfc-alerte@ars.sante.fr ou par fax au 03 81 65 58 65.
Le bilan de la surveillance renforcée mise en oeuvre en 2017 ainsi que les modalités de surveillance pour cette année sont présentés en pages 3 et 4 du point épidémiologique de cette semaine.

... / ... Lire la suite

(22/05/2018 @ 17:11)

Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 9 mai 2018.  Voir?

A la Une - Evolution de la stratégie de gestion en cas d’épidémie de rougeole importante sur le territoire national

Le Haut Conseil de Santé Publique (HCSP) a émis le 23 avril 2018 un avis relatif à la stratégie vaccinale (1) en situation épidémique de rougeole. Cette stratégie a pour objectifs : a) d’améliorer la couverture vaccinale dans la population ciblée par les recommandations vaccinales, b) de limiter l’extension de l’épidémie, c) de protéger les personnes à risque de rougeole grave.
a) L’amélioration de la couverture vaccinale vise l’atteinte d’un taux de couverture de 95 % sans attendre l’impact de l’obligation vaccinale récemment mise en oeuvre ET le rattrapage chez les personnes nées depuis 1980 en particulier dans les collectivités
b) La limitation de l’extension de l’épidémie autour des cas nécessite de recenser le statut vaccinal des personnes réceptives, y compris celles qui n’ont pas été en contact avec un cas s’il survient en collectivité. La vaccination post-exposition doit être administrée dans les 72 heures suivant le contage et reste recommandée même si ce délai est dépassé. Lors de cas groupés, vues la brièveté du délai et la forte valeur prédictive positive du diagnostic clinique de la rougeole, cette mesure peut être appliquée sans attendre la confirmation du diagnostic du cas index. La vaccination post-exposition s’adresse aux nourrissons de 6 à 11 mois révolus ; aux personnes vaccinées avec 2 doses mais dont une avant l’âge de 1 an ; aux nourrissons de 12 mois et plus n’ayant eu qu’une dose ; aux personnes nées après 1980 et non vaccinées par 2 doses ; aux personnes nées avant 1980 sans antécédent connu de rougeole et non vaccinées, surtout si elles sont nées dans les années 1970
c) La protection des personnes à risque de rougeole grave (nourrissons de moins de 1 ans, femmes enceintes et personnes immunodéprimées). Leur protection repose sur la vaccination de l’entourage (milieu familial, personnel de la petite enfance et personnel hospitalier) ; la vaccination post-exposition dans les 72 heures pour les nourrissons de 6 à 11 mois ; la prophylaxie par immunoglobulines polyvalentes dans les 6 jours suivant le contage pour les nourrissons de 6 à 11 mois (si délai de 72 heures passé) et les personnes ne pouvant être vaccinées (moins de 6 mois, femmes enceintes, immunodéprimés).
En milieu de soins, il faut tracer le parcours du patient et mettre en oeuvre des mesures d’hygiène standard et des précautions complémentaires de type « air ». Le HCSP recommande de définir deux niveaux épidémiques, d’adapter la stratégie de surveillance des cas de rougeole en situation d’épidémie (personnes à risque de rougeole grave, foyers dans des collectivités à risque de formes graves), de confirmer biologiquement les cas en situation épidémique avec des priorités.

... / ... Lire la suite

(22/05/2018 @ 17:10)

Surveillance épidémiologique dans les Pays de la Loire. Point au 16 mai 2018.  Voir?

(22/05/2018 @ 11:56)

Surveillance épidémiologique dans les Pays de la Loire. Point au 2 mai 2018.  Voir?

(22/05/2018 @ 11:55)

Surveillance épidémiologique dans les Pays de la Loire. Point au 25 avril 2018.  Voir?

(22/05/2018 @ 11:55)

Surveillance épidémiologique dans les Pays de la Loire. Point au 18 avril 2018.  Voir?

(22/05/2018 @ 11:54)

Surveillance sanitaire de la rougeole en région Occitanie. Point épidémiologique au 18 mai 2018.  Voir?

(22/05/2018 @ 11:09)

Surveillance sanitaire des arboviroses en région Occitanie. Bilan de la saison 2017 et lancement de la surveillance 2018.  Voir?

(22/05/2018 @ 11:08)

Surveillance sanitaire de la rougeole en région Occitanie. Point épidémiologique au 9 mai 2018.  Voir?

(22/05/2018 @ 11:08)

Surveillance sanitaire en région Occitanie. Point épidémiologique au 26 avril 2018.  Voir?

(22/05/2018 @ 11:07)

Surveillance épidémiologique en Paca. Point au 16 mai 2018.  Voir?

(22/05/2018 @ 10:50)

Surveillance épidémiologique en Corse. Point au 9 mai 2018.  Voir?

(22/05/2018 @ 10:49)

Surveillance épidémiologique en Paca. Point au 9 mai 2018.  Voir?

(22/05/2018 @ 10:49)

Surveillance de la bronchiolite à la Réunion. Point épidémiologique au 17 mai 2018.  Voir?

Situation épidémiologique

Les données d’activité des services d’urgences et celles des laboratoires hospitaliers d’analyse biologique et médicale indiquent que l’épidémie de bronchiolite est terminée.
La recrudescence saisonnière a commencé fin décembre 2017 (S52/2017). Le pic a été atteint mi-février en S7/2018. Pour la saison 2017-2018, l’épidémie de bronchiolite est étalée dans le temps et a duré 17 semaines, dont 6 au dessus du seuil épidémique. Elle est terminée fin avril (S16/2018).

... / ... Lire la suite

(22/05/2018 @ 10:36)

Situation de la leptospirose à Mayotte. Point épidémiologique au 3 mai 2018.  Voir?

Contexte

A Mayotte, des cas de leptospirose sont rapportés toute l’année mais une recrudescence est observée au cours de la saison des pluies entre janvier et mai. Les conditions de température et de pluviométrie sont alors propices à la survie dans l’environnement des leptospires, bactéries responsables de la maladie. Localement, le principal réservoir de la bactérie identifié est le rat. La surveillance de la leptospirose à Mayotte repose sur le signalement de tous les diagnostics confirmés par le laboratoire du Centre Hospitalier de Mayotte et transmis à la Cellule de veille, d'alerte, et de gestion sanitaires de l’ARS-OI. Ce point épidémiologique présente les données de surveillance de la leptospirose déclarés depuis le début de l’année 2018 à Mayotte.

... / ... Lire la suite

(22/05/2018 @ 10:35)

Surveillance des pathologies saisonnières aux Antilles. Point au 18 avril 2018.  Voir?

(22/05/2018 @ 10:16)

Surveillance sanitaire en région Ile-de-France. Point au 26 avril 2018.  Voir?

(22/05/2018 @ 10:05)

Surveillance sanitaire en région Ile-de-France. Point au 19 avril 2018.  Voir?

(22/05/2018 @ 10:04)

Situation épidémiologique de la grippe en Guyane. Point au 16 avril 2018.  Voir?

Analyse de la situation épidémiologique

L’épidémie saisonnière de grippe est terminée sur l’ensemble de la Guyane. Elle a duré 13 semaines, de la dernière semaine de décembre 2017 à la 3ème semaine de mars 2018.
Au total, 7 990 consultations pour syndrome grippal ont été estimées sur cette période à partir des données issues du réseau de médecins sentinelles et des CDPS.
L’impact de cette épidémie a été faible à modéré sur le service d’accueil des urgences du CHAR et plus important sur celui du CHK et sur l’activité de la GMC.
Pendant cette épidémie, les virus grippaux de type A et B et les VRS de type A et B ont été identifiés. Le virus le plus fréquemment isolé a été le virus B lignage Yamagata.
Au total, 3 cas graves de grippe ont été admis en service de réanimation du CHAR, dont 1 est décédé.
L’épidémie de grippe de 2017-2018 a été plus courte que la précédente épidémie qui avait durée 23 semaines. Le nombre moyen hebdomadaire de consultations pour syndrome grippal était plus élevé au cours de cette épidémie que celle de la saison 2016-2017 avec 615 consultations estimées vs 440.

... / ... Lire la suite

(18/05/2018 @ 16:11)

Dernière mise à jour : 23/05/2018 @ 08:08

paris_20151113_01.jpg

URGENCE - Admission
Contact médecin de garde
24h/24 : 04 92 03 56 01
Livret d'accueil
Connexion membres

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  Nombre de membres 82 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Sociétés savantes
Vous êtes ici :   Accueil » Fils RSS - INVS - épidémio